Une relation père-fils : un exemple de constellation

Une relation père-fils, le noeud de la constellation

Arthur* ne trouvait jamais vraiment sa place… Cela se manifestait par les nombreux logements où il habitait ; il n’était vraiment chez lui nulle part.

Lors de la constellation, il est apparu que son père, Jean*, avait souhaité offrir à chacun de ses enfants un petit appartement « pour vous aider à démarrer dans la vie ». Arthur étant l’aîné, à ses 18 ans, Jean lui achète donc un appartement… qui se trouve habité par une vieille dame, non expulsable, ni éthiquement ni légalement (loi de 1948).

Quel étrange cadeau que d’offrir à son fils un appartement inhabitable jusqu’à la mort de la vieille dame ? Quel sens donner à cela ?

En questionnant Arthur pendant la constellation, il est apparu que Jean n’arrivait jamais à parler de son propre père. Quand Arthur le questionnait sur son grand-père, Jean évoquait son père cinq secondes avant de passer à sa mère, la grand-mère d’Arthur. Que se cachait-il dans la relation de Jean avec son père ? On peut imaginer une douleur cachée, une forme « d’absence du père»…

La constellation d’Arthur a fait apparaître un sens que celui-ci n’avait jamais envisagé dans la relation à son père : en achetant à son fils un appartement habité par une vieille dame, c’est comme si Jean avais mis son propre fils à la place du mari de cette dame. C’est comme si Jean avait transformé son fils en son propre père, inconsciemment bien sûr, pour enfin avoir lui-même un « vrai » père.

Cette interprétation est validée quand il apparaît qu’après ce premier achat, Jean n’a pas poursuivi son idée d’offrir un appartement à ses autres enfants cadets. Une fois « le père » retrouvé, Jean n’a pas eu besoin de faire plus. Il a même affirmé auprès de toute la famille que l’appartement, qui était légalement au nom d’Arthur, appartenait en réalité à tous ses enfants.

Voila comment un fils se retrouve à une place qui n’est pas la sienne dans l’ordre familial

Et voila comment une place vide (celle du père de Jean) se retrouve occupée par son fils… qui n’est plus du tout à sa place.

Tout au long de sa vie, ce fils a suivi à la lettre l’injonction parentale : « Tu n’as pas le droit d’avoir une maison à toi ». Vingt ans plus tard, Arthur vend cet appartement dont la possession lui était insupportable et il ne possède toujours pas sa propre maison… Jusqu’au jour où Arthur décide de changer les choses et décide de faire sa constellation familiale.

La constellation, en plus d’apporter à Arthur un éclair de conscience très soulageant, lui a permis de revenir dans sa vie, d’être plus présent à lui-même et moins dans la plainte. Arthur a commencé à agir pour lui, à devenir responsable dans sa vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *